Nous avons besoin de la mer pour nous dévoiler.

Interviews

Découvrez l’interview de Max du 29 juin 2015 dans l’émission « La Voie du Coeur » de Lindaly sur Pacifique FM

https://www.mixcloud.com/discover/max-de-backer
L’interview dure 1h30 et démarre après 15 min.

Pseudo ou vrai prénom ?

Réel … Max n’est donc pas un diminutif de Maxime. Il sera toujours libre Max …

Où habites-tu ?

J’habite Bruxelles … je suis un anderlechtois (pas facile à prononcer pour nos amis français) de pure souche.

Tu ne pars jamais de chez toi sans …

Mon sourire, mon iPhone et un petit carnet de notes.

Que fais-tu dans la vie ?

Au coeur du marché de l’emploi, je suis indépendant et consultant en Ressources Humaines tant pour les entreprises (communication RH, marque employeur, outplacement) que pour les candidats (coaching de carrière).
J’aide aussi les personnes à changer de style de vie et j’aspire dans ma vie à être une opportunité pour les autres.
Je vous invite à consulter mon profil professionnel sur LinkedIn: be.linkedin.com/in/maxdebacker

Quand as-tu commencé à écrire et pourquoi ?

Ma grand-mère maternelle, Louise Charlier, qui était professeur de français diplômée en philologie romane de l’ULB en 1937, m’a très tôt initié à l’amour de la langue française, à sa richesse et au plaisir de jouer avec ses mots. J’ai commencé à écrire mes premiers textes poétiques vers 16 ans, période de solitude, de doutes et de questionnement existentiel. Depuis, l’envie de coucher sur papier toutes mes émotions (conscientes et inconscientes) ne m’a plus jamais quitté … car cette fameuse plume thérapeutique ne s’éteint jamais.

Pourquoi avoir publié sous deux noms d’auteur différents ?

J’ai écrit mes 4 premiers livres sous le nom de Max De Backer, qui est mon nom et celui de mon père.
Mon 5ème recueil « Dans l’Amour de Sai Maa – Témoignage poétique d’une guérison profonde » a été publié en 2015 sous le nom Max Herbiet, nom de famille de ma maman.
En le lisant, vous obtiendrez certains éléments de réponse …

As-tu déjà remporté des prix ou obtenu une reconnaissance quelconque ?

J’ai gagné en 2013 le 3ème prix de poésie de l’AREAW – l’Association Royale des Ecrivains et Artistes de Wallonie.
Quelques articles sont parus dans la presse pour mon premier recueil « Les Anges sont en nous » ainsi que des critiques positives dans le ‘milieu’.
Certains textes ont également été publiés dans des revues poétiques (Les Cahiers de la Poésie, Revue de l’AREAW, Les Elytres du hanneton, Flammes Vives).

Des projets pour la suite ?

Oui beaucoup … ce nouveau site web lapoesiedemax.be est le premier grand pas d’une série de nouveaux projets liés notamment à « La poésie de Max »
- le lancement d’une stratégie de communication via les réseaux sociaux (facebook, twitter, instagram, …)
- des tee-shirts illustrés de mes maximes solitaires (par ma cousine Charlotte Herbiet qui a notamment réalisé ce site web)
- des ateliers d’écriture poétique automatique pour adolescents avec mon ami Jean-Marc Saeremans
- l’écriture d’un ouvrage unique reprenant l’entièreté de mes textes poétiques, soit plus de 400 poèmes: 25 ans d’écriture poétique automatique et thérapeutique.
- une 2ème exposition avec la peintre Zoune (il s’agit d’œuvres poético-picturales mêlant sa peinture abstraite et ma poésie). Nous avions réalisé une première exposition en avril 2010 qui a rencontré un franc succès.
… et enfin écrire des chansons … l’appel est donc lancé ! :-)

Pourquoi écris-tu et comment ?

Au départ, mon écriture était thérapeutique avec une vraie recherche existentielle, du véritable Soi. Elle m’a permis de mieux me connaître, de résoudre certains conflits intérieurs. Comme il est intéressant d’observer son évolution personnelle au travers de son écriture ! Le sentiment amoureux a également toujours été une grande source d’inspiration.
Aujourd’hui, mon écriture se rapproche plus – toutes proportions gardées – de ce que Baudelaire décrivait dans son « Albatros » : le regard et la vision du poète détaché de lui et observateur du monde qui l’entoure.
Concernant mon écriture, celle-ci est automatique, càd que 90% du texte final est écrit en un seul jet, le reste n’étant que simples retouches. Je suis en quelque sorte toujours « canal » lorsque j’écris.

Tes influences, tes maîtres, tes coups de coeur en littérature, cinéma, peinture, musique ?

Dans le désordre incomplet des genres : Ken Loach, Daniel Darc, Christian Bobin, Coluche, Miossec, David Lynch, Egon Schiele, Jacques Brel, Eric-Emmanuel-Schmitt, Dali, Pierre Desproges, Stanley Kubrick, Jarvis Cocker, Magritte, Sean Penn, Oscar Wilde, Klimt, The Cure, Mozart, Boris Vian … l’ange et le démon qui sommeillent en chacun de nous.

Un ami, une amie, une personne en particulier dont tu aimerais que l’on parle ?

Oui, deux personnes qui comptent beaucoup pour moi et à qui je dois énormément.
Tout d’abord mon ami Jean-Marc Saeremans qui m’a énormément encouragé à publier car je n’avais pas assez confiance en moi. Je pense qu’il faut une bonne dose de courage pour se mettre à nu au travers de son propre art.
Il est professeur de français, auteur de pièces de théâtre et théatro-thérapeute (www.theatrotherhappy.be).
Et ensuite Sai Maa, phare spirituel et Maître de l’Eveil, qui, en 2013, a complètement transformé ma vie et donc mon écriture également.
Une seule personne peut réellement changer votre vie.

Tes hobbys ?

J’écoute beaucoup de musique … je suis une éponge musicale en quelque sorte. J’écris toujours en écoutant de la musique qui est une source d’inspiration essentielle … mon écriture est d’ailleurs très musicale.
Et depuis 2013, la méditation est devenue une pratique spirituelle quotidienne. Pour moi, c’est la clé vers la paix et la joie intérieures, vers la connaissance de qui nous sommes vraiment.

Qu’est ce qui te fout en rogne ?

Les voitures roulant égocentriques sur la bande du milieu; les armes, qu’elles soient noires ou blanches; les politiques dont le pouvoir a perdu conscience; l’injustice d’un regard amoureux … et moi-même parfois aussi :-)

Ta maxime préférée, ta citation favorite ?

« Le plus grand bien que l’on puisse faire aux autres n’est pas de leur communiquer notre richesse mais de leur révéler la leur. »

Un souhait ?

Lâchez-vous, exprimez-vous, écrivez … en chacun de nous sommeille une âme poétique cachée !

Quelle est la question la plus stupide qu’on pourrait te poser ?

Celle-ci justement.